Qu’est ce que la SPLA ?
SPLA En juillet 2006, la loi « Engagement National pour le Logement » a donné naissance aux Sociétés Publiques Locales dans le domaine de l’Aménagement, les SPLA. Ces sociétés anonymes sont sous la direction d’au moins deux collectivités locales. Les SPLA ne peuvent intervenir qu’au bénéfice de leurs actionnaires publics et sur leurs seuls territoires. Elles sont considérées comme des prolongements naturels de leurs collectivités locales actionnaires. Ces sociétés se voient directement confier des missions par ces actionnaires, sans mise en concurrence. C’est un nouveau statut qui séduit de plus en plus les collectivités locales qui sont désireuses de maîtriser leur développement urbain et de s’appuyer sur un opérateur unique qu’elles contrôlent totalement. La loi pour le développement des Sociétés publiques locales de mai 2010, a perpétué les SPLA et élargie leur capacité d’action aux activités connexes de leur mission principale qu’est l’aménagement.
Combien de temps va durer le projet ?
la SPLA a été créée en juin 2010 et les premières études ont débuté en 2011. Avant de pouvoir lancer les opérations d’aménagement des espaces publics et de construction, de nombreuses études préalables sont nécessaires : plan-guide, programmation, pollution, environnement… Elles vont durer jusqu’à fin 2014. Ensuite, les premières opérations d’aménagement pourront être engagées. Sur un territoire aussi vaste, plusieurs phases vont se succéder, et l’ensemble du projet pourrait certainement être finalisé dans 20 ans. Mais on pourra y vivre, s’y promener, fréquenter les équipements publics très rapidement.
Quand sortiront les premiers projets ?
Le plan-guide, qui propose une conception et une organisation urbaine à l’échelle du grand périmètre, sera achevé fin 2014. D’ici là, des projets, déjà conçus avant le projet Caen Presqu’île, ou répondant à des besoins immédiats, vont sortir et seront intégrés à ce plan-guide. C’est notamment le cas de la Maison de la Recherche et de l’Imagination, qui devrait être achevé fin 2014, du Tribunal de Grande Instance, en 2015, et de la Bibliothèque Multimédia à Vocation Régionale, en 2016.
Quel est le lien entre la BMVR, le TGI, et le projet Caen Presqu’île ?
Le projet de Bibliothèque Multimédia à Vocation Régionale est coordonné directement par l’agglomération et la ville de Caen, et le projet de Tribunal de Grande Instance par le Ministère de la Justice. Ce sont deux projets qui ont été lancés avant le démarrage de l’étude globale de la SPLA Caen Presqu’île et qui sont donc des éléments incontournables à intégrer au projet d’ensemble au même titre que la minoterie par exemple. De par leur emplacement, ces deux équipements publics marquent également la volonté de reconquête de ce territoire, et viennent compléter ce qui était déjà engagé avec le Cargö et l’ESAM.
Quelles sont aujourd’hui les possibilités pour s’implanter sur la presqu’île ?
Aujourd’hui, le territoire de la presqu’île appartient soit aux collectivités, soit au port, soit à des propriétaires privés. Ces terrains sont occupés par des activités économiques qui perdurent (exploitant locataire ou propriétaire), ou sont délaissés, en friche, avec ou sans bâtiment. Pour pouvoir s’implanter il faut contacter le propriétaire du terrain, et s’assurer que son projet répond aux exigences réglementaires du plan local d’urbanisme et du plan-guide qui sont en cours de définition aujourd’hui. Toutes les activités aujourd’hui implantées sur la presqu’île sont étudiées et ont vocation à rester si elles s’intègrent bien au projet global, notamment les activités liées au nautisme.